André Stern. Celui qui n’était jamais allé à l’école

Vous situez Mowgli ? Mais si, le petit homme en slip rouge, qui vit avec une panthère et un ours. Et bien André Stern c’est tout sauf ça. Je vous ai bien eus. Oui, même s’il n’est jamais allé à l’école, André Stern vit habillé, dans une maison en dur a priori. Il se définit comme « un enfant de 45 ans » (selon l’année), et est reconnu comme musicien, compositeur, luthier, conférencier, journaliste, auteur.

Pour vous la faire courte, un jour, le papa d’André a dit à la maman d’André : « tiens, chérie, et si on n’envoyait pas nos enfants à l’école, et qu’on ne leur ferait même pas cours nous même à la maison « ? Et la maman a dit « OK, en tente ». Bon évidemment, si demain Chéri(e)chou nous fait la même, et vu qu’il travaille dans la banque, on sera moins serein(e). Mais là, comme c’est un pédagogue de renom, on dit, pourquoi pas. Bref, le message que porte André Stern aujourd’hui est celui qu’ont voulu lui transmettre ses parents :

  • Ne pas mettre un enfant à l’école revient à le laisser libre d’utiliser ses prédispositions spontanées pour l’apprentissage. Et cet apprentissage ne peut se faire que par un vecteur : LE JEU !

Or dans nos sociétés, le jeu est relégué au rang de passe-temps superficiel. Donc le temps de l’enfant est occupé par une multitude d’activités, pour être sûr d’être sérieux et de réussir dans la vie : « est-ce qu’Auguste est disponible mercredi pour le goûter ? Ah non, il a cours de guitare sur poney en anglais et en piscine ». Evidemment, ça ne laisse pas beaucoup de temps à Auguste pour jouer. En plus, comme Auguste fait la tronche, parce que lui, il voulait aller jouer avec des bouts de bois chez Nicolas, ben l’apprentissage, il fait la tronche aussi.

  • Car c’est la deuxième nécessité, qui va de paire avec le jeu : être enthousiaste pour apprendre. Ressentir une émotion forte, qui vient du coeur et des trippes. Sinon ça ne marche pas. Rappelez vous les cours de français de Madame Allaux…

Et pour valider tout ça scientifiquement, André s’appuie sur ses amis neuroscientifiques, qui ont découvert un truc incroyable : cet enthousiasme est comme codé dans notre cerveau. En effet, dès la vie utérine, l’enfant ressent l’enthousiasme d’apprendre (à se servir de son bras par exemple), de se sentir grandir et de se sentir attaché à quelqu’un avec un lien aussi fort qui unit la mère et son enfant. Cette émotion s’inscrit dans nos gènes ! Ainsi,dès sa naissance, et ensuite tout au long de sa vie, l’enfant cherche à retrouver :

  • un attachement intense à quelqu’un
  • pour qu’il puisse devenir autonome (c’est en se sentant sécurisé que l’enfant prend son indépendance petit à petit)
  • et continuer à apprendre toujours plus pour satisfaire sa grande curiosité !

 

C’est lors des expériences qui font appel à la fois au système d’attachement et au système de curiosité que l’enfant apprend le plus ! La difficulté avec l’école et le cadre de l’éducation traditionnelle, c’est que bien souvent, on nous empêche de vivre ces expériences. Maman doit absolument avoir cette conversation téléphonique ou le maître a 26 enfants dont il doit s’occuper. Total, l’attachement, dans le placard, la satisfaction de la curiosité, sur l’étagère, et personne n’apprend. En tout cas pas de façon enthousiaste et naturelle.

Je vous l’accorde, le jour où les enfants n’iront plus à l’école et continueront de jouer éternellement n’est pas encore arrivé. André Stern fait figure d’ovni dans nos sociétés, alors qu’il est en lien étroit avec lui même et son bonheur…

Cela dit, est – ce qu’on peut au moins laisser Auguste poser ses bottes cavalières et son tuba et aller jouer aux pirates avec trois branches et un mouchoir ? Ça vous ferait peut être pas de mal non plus, en voyant votre tête…

 

POUR ALLER PLUS LOIN

  • Un extrait de conférence parlant et concret : TEDx Dijon
  • Une vidéo de Gerald Hüther, neurobiologiste et ami d’André Stern, gé-nial !
  • Le site d’André
  • Découvrez l’écologie de l’enfance, un mouvement qu’il a créée en faveur de la cultivation du terreau nécessaire à l’apprentissage, l’enthousiame
  • Le livre d’André Stern : Et je ne suis jamais allé à l’école

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s