L’erreur est humaine. Laissons nos enfants être humains…

A l’heure où j’écris, les préparatifs de Noël battent leur plein. Et il y en a un qui commence à me fatiguer d’ailleurs, et qui ferait mieux de se renseigner sur les neurosciences. Il a une grosse barbe et un grand manteau rouge et il dit « ho ho ho ». Gagné, c’est le gros Père Noël.

Pourrait-il arrêter de dire « pour avoir des cadeaux, tu dois bien travailler à l’école et avoir de bonnes notes » ? En disant ça, il stigmatise l’erreur, qui fait peur à tous les élèves , alors qu’elle est indispensable à l’apprentissage et à la vie. Explications.

L’ERREUR, UN OUTIL INDISPENSABLE

En fait, que l’on soit chercheur en biochimie nucléaire alternative et rythmique, pâtissier, ou élève de CE2, le fonctionnement de notre cerveau face à l’apprentissage est toujours le même. Prenons l’exemple d’un pâtissier, qu’on appellera Bobby (je ne suis pas hyper calée en biochimie.)

  1. Bobby tente une nouvelle recette de bûchette à la fève de tonka, à la citronnelle et au quinoa, qu’il tient d’un ami français installé à Los Angeles. Il prédis que sa bûche va avoir le même goût pétillant, croquant et gourmand que celle dégustée à L.A.
  2. Bobby goûte le résultat de son premier essai. Ses sens lui transmettent le message suivant : « c’est marrant, c’était meilleur à L.A. On sentait moins la citronnelle, plus la fève de tonka et le quinoa était cuit ». En gros, c’est dégueu.
  3. Bobby , encouragé par sa femme et par son ami de L.A., va recommencer sa recette en dosant de manière différente les trois ingrédients principaux. Bobby est donc en plein processus d’apprentissage !

 

Grâce à son erreur et à ce qu’on appelle le retour d’information – ici, le fait qu’il ait goûté et que ce n’était pas bon – Bobby va apprendre à maîtriser la recette de la bûche de Noël. Il lui aurait été impossible d’apprendre autrement ! Pour rappel, c’est en forgeant qu’on devient forgeron.

Evidemment, pour que ce système soit efficace, l’environnement d’apprentissage doit être serein. Vous avez tous vu Les soudoués passent le bac ? Mais siiii ! La machine à baffes si on répond faux ? Bon ben typiquement, ce n’est pas ce qu’on appelle un environnement serein, voyez. (Allez vous rafraîchir la mémoire avec un petit extrait en cliquant ici.)

UN ENVIRONNEMENT D’APPRENTISSAGE SEREIN

SEREIN, ça veut dire :

  • SANS STRESS. Je rappelle que le stress tue les neurones. Or ils sont relativement importants pour apprendre et comprendre… Donc si l’enfant, ou n’importe qui a peur de faire une erreur, l’apprentissage est déjà compromis.
  • AUTONOME. Il est important que l’élève puisse se rendre compte de son erreur seul et donc la corriger seul (on n’a pas dit que le prof pouvait ronfler en cours, on a juste dit que le processus est plus efficace si c’est l’apprenant lui même qui réajuste sa solution ou sa réponse)
  • ENCOURAGEANT. L’enfant qui apprend doit se sentir soutenu et valorisé par la reconnaissance de son prof, de ses parents quand il dépasse son erreur. Attention, reconnaissance ne signifie pas cadeaux. L’enfant ne doit pas avoir l’impression d’être payé parce qu’il a appris. D’où mon agacement initial face au Père Noël qui est un bon payeur d’enfants. Or l’enfant doit être motivé à apprendre de façon intrinsèque : c’est le fait d’apprendre qui le rend heureux et non le fait d’apprendre pour recevoir un sac à dos Reine des Neiges ou Cars. Parce qu’à 18 ans, le Père Noël, il va moins rigoler quand il faudra acheter une voiture ou un Iphone 27. Je dis ça…

 

CONCRETEMENT, COMMENT ON FAIT ?

  • On évite de commenter les erreurs des enfants par un jugement, il est préférable de rester neutre. Par exemple, petit chat des bois met sa cagoule à l’envers. Déjà il y a de fortes chances qu’il s’en aperçoive seul, assez rapidement… Ensuite, si vous préférez intervenir avant qu’il n’atteigne l’asphyxie, vous pouvez simplement dire « je crois que tu t’es trompé de sens ». On oublie le « tu fais n’importe quoi » par exemple.
  • On ne compare pas l’enfant aux autres. « Regarde, Bidule réussit à faire caca dans le pot, lui, alors que toi tu fais tout le temps à côté ». Et bien, Bidule fait caca où il veut, ça n’intéresse que lui. Sinon, vous instaurez un esprit de compétition et de classement dans la tête de l’enfant. Or, en classe, il a été prouvé que cela crée un climat scolaire négatif et peu propice aux apprentissages sereins, comme on l’a vu précédemment. La coopération est bien plus efficace. On peut ainsi proposer à petit chaton des bois de demander à Bidule comment ça se passe la gestion du caca dans le pot. Moins stigmatisant et plus coopératif !
  • On s’interroge profondément sur la place de la notation à l’école (et du stylo rouge tant qu’à faire). Personnellement, je me souviendrai toute ma vie de mon 4/120 (bon, le meilleure note était de 18/120…) mais jamais de ce que j’ai appris pendant cette interro de maths… Une note est la traduction du jugement d’un seul professeur à un seul moment donné. Une note est un outil de  comparaison et de compétition. Une note n’explique rien et ne permet pas de valoriser un raisonnement. Une note est un chiffre froid qui sanctionne, bien souvent, une seule réponse possible.
  • On s’interroge sur les bienfaits de l’évaluation, qui est là pour que l’élève se rende compte de ses qualités et de ses points d’amélioration, qui est adaptée à chaque individu et qui permet de comprendre son erreur sans en avoir peur.

 

L’erreur est donc un processus essentiel à l’apprentissage. Si erreur rime avec peur, alors imagination, créativité et prise de risque riment avec meurent. Or il s’agit de qualités recherchées en priorité par les entreprises lors d’une embauche… Cherchez l’erreur…

 

POUR ALLER PLUS LOIN

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s