Le toboggan à l’envers. On autorise ou pas ?

Depuis que l’enfant est né,  j’ai failli taper 47 502 arrêts cardiaques, 102 587 évanouissements et j’ai pensé très fort  » attention », « OH MY GOD ELLE VA SE TUER » et « bon ça suffit maintenant » 1 007 568 987 fois. J’ai donc eu envie de partager avec vous la lutte que je mène contre moi même pour laisser l’enfant faire ses expériences et prendre des risques. Et par la même occaze, je vous invite à venir lutter avec moi.

Et l’endroit idéal pour s’entrainer, c’est tout simplement le bon vieux parc du coin de la rue. (pour les parisiens, le bon vieux parc blindé du bout du métro), et plus précisément, au pôle toboggan. Aujourd’hui, voici ce qu’on y entend :

« assieds toi, c’est dangereux. Ne te penche pas, tu vas tomber. Non, tu mets d’abord les pieds. Si tu continues à desendre dans ce sens, c’est terminé. Monte par le bon côté, c’est la règle ! »

Si j’étais un môme, je prendrais un bon bouquin et je m’assierais tranquillement sur un banc pour que mes parents me lâchent la grappe. Du coup, j’ai décidé de tenter quand c’est éventuellement peut être possible de lâcher la grappe du petit chaton. Et de la laisser prendre des risques et enfreindre la règle

VÉRITÉ

On autorise le toboggan à l’envers. D’abord, j’ai eu beau analyser le truc, je n’ai pas vu en quoi c’est plus dangereux de le monter à l’envers ou de le descendre couché que de le descendre dans le bon sens et assis. Ensuite, a priori, il n’existe pas de loi interdisant cette pratique.  Si ça gêne les autres enfants, ils ont le droit de le dire directement au petit hors-la-règle et trouver une solution commune. En luttant contre nos propres peurs et en se détachant un peu des certaines normes, on permet à nos enfants de laisser parler leur créativité, on les encourage à prendre des risques (ça vaaaaaa, on parle de toboggan, pas de monter l’Everest à mains nues), à se confronter aux autres et à questionner des normes établies. Ca ne veut pas dire manquer de respect, ça veut dire prendre conscience qu’on peut faire autrement. C’est pas beau ça ?

ACTION

Faire confiance. A la prochaine sortie au parc, quand le chaton se lance à la conquête du toboggan, vous le laissez faire. Soufflez un coup, personne ne va vous mettre en prison. Si un autre enfant exprime son mécontentement, voyez comment ils arrivent à s’en sortir sans votre intervention. Généralement, soit votre môme réussit à monter et ça dure 10 secondes. Soit il n’y arrive pas, il essaye trois fois et repart aussi sec vers les escaliers. Et si les autres parents trouvent ça osé ? Ouh lala, et alors ? Lâcher-prise, on a dit.

N’hésitez pas à partager vos craintes et peurs en commentaires !

Ma propre peur préférée c’est  » imaginez que quand elle court dans une rue en pente, avec les mains dans les poches, en plus, elle tombe et se casse les dents, le nez et le menton et du coup on finit aux urgences, et chirurgie obligatoire et elle est déformée à vie ». Voilà voilà.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s