Dessins du chaton : on doit dire que c’est beau même si c’est pas vrai ?

le

Je suis prête à parier que la dernière fois que le chaton des bois vous a montré un de ses dessins, vous avez regardé en pensant « c’est quoi ce truc ? « , vous avez dit « whaaaaa c’est beeeaaaauuuu », et vous avez changé de sujet en 2 secondes. Donc, déjà, vous mentez. Bravo. Bah si, déso, mais trois traits bleus mélangés à deux petits cacas oranges, le tout surplombé par gros un tas de violet, c’est pas beau, non. Ensuite, vous n’avez pas sincèrement prêté attention à l’oeuvre, et ça, c’est franchement pas joli joli.

Idem pour les crottes en pâte à modeler, pour la peinture à doigts, les pastels, la craie grasse et tout ce qui peut ressembler de près ou de loin à une réalisation artistique. Comme ce n’est ni le moment ni l’endroit pour se lancer dans une réflexion philosophique au sujet de l’art, parce que ça ressemblerait à une conversation au PMU du coin, je vais vous proposer de passer directement à la petite vérité qui se cache là dessous.

VERITE

Même si sous le « beau », vous avez la meilleure volonté du monde, à savoir encourager votre môme à exprimer toute sa créativité, en fait, vous faites exactement le contraire. Parce que dire « c’est beau », ou « c’est bien », ça implique un jugement. Et un jugement, ça colle la pression. Donc la prochaine fois que le chaton va faire un dessin, il va juste penser à ne pas décevoir papa et maman et à récolter un compliment. Et ça, pour laisser parler son imagination, pour créer, pour inventer, c’est…nul.

Ensuite, vous croyez que l’enfant ne voit pas quand vous dites « huuuuum, c’est génial », tout en regardant votre téléphone portable ou en continuant à discuter avec vos potes ? Et ben si, il voit, et ça le rend triste. Un peu comme quand vous rentrez de chez le coiffeur, que votre mec ou nana vous dit « ah ouais trop cool » sans vous regarder, alors que vous vouliez qu’il vous dise « whaaa, ça change, tu as coupé plus court, ça te donne un air plus jeune, plus cool et plus sexy ».

ACTION

On décrit. J’explique. Si vous prenez le temps de décrire la réalisation du chaton des bois, ça vous oblige vraiment à y prêter attention sans établir une échelle de valeur.  Ca donnera toute confiance à votre enfant pour explorer sa créativité.

Exemple :  Votre enfant a fait un gribouilli bleu et vert, trois grands traits oranges et des points rouges. Vous pouvez donc dire ce que vous voyez et ce que ça déclenche en vous : « je vois que tu as fait des traits oranges et des points rouges. Moi, ça me fait penser à une coccinnelle et à un chemin sous le soleil. On dirait le printemps, je trouve ça festif. Et toi ? » Vous montrez ainsi votre intérêt, vous enrichissez le vocabulaire de l’enfant et vous parlez au nom de vos émotions, permettant ainsi d’ouvrir sur celles de l’enfant. Vous permettez ainsi au chaton des bois de sortir du schéma binaire « bien » / « mal », qui, disons, le, pourrit la vie de beaucoup trop de monde.

 

Et vous, ça donne quoi les arts plastiques et l’art de la critique artistique avec vos enfants ? Vous arrivez à sortir du beau et du bien ?!

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s